Connecting Networks

Comment se passer de Google, Facebook, etc.

Dans l'article paru dans Le Monde en juin dernier, Yves Eudes dresse le portrait de Framasoft, une association lyonnaise bien décidée à bousculer la toute-puissance des GAFAM.

 

Se présentant comme « une porte d’entrée dans le monde du Libre », Framasoft propose des services Internet libres et respectueux de la vie privée. Une entité forte de 8 salariés, 35 membres et 700 bénévoles dont le but principal est de promouvoir le Libre à travers 3 volets : les logiciels libres, la culture libre et les services libres en ligne.

 

En 2001, l'association lance son premier projet ; un annuaire de logiciels gratuits pour l'enseignement. Depuis, elle a développé plus d’une trentaine de services libres dans le cadre de son programme phare « Degooglisons l’Internet ». Celui-ci propose des alternatives aux services centralisés comme son propre moteur de recherche (Framabee), ses réseaux sociaux (Framasphère équivalent de Facebook ou Framapiaf équivalent de Twitter) ou encore PeerTube, le plus récent, une plate-forme de partage de vidéos censé concurrencer YouTube.

 

Poursuivant sa mission de « Degooglisation », Framasoft a également créé le réseau Chatons – Collectif des hébergeurs alternatifs, transparents, ouverts, neutres et solidaires - composé aujourd’hui de 58 membres. L’objectif de ce réseau est de fédérer les initiatives locales et de proposer une gamme de services libres encore plus étendue.

 

Pour Pierre-Yves Gosset, président de Framasoft, la priorité est de fédérer au-delà du cercle des militants de l’Internet alternatif afin de mobiliser l’ensemble du tissu associatif. Un combat de longue haleine pour cette association dont la devise officielle est « La route est longue, mais la voie est libre ».

 

Pour lire un extrait de l’article (article complet si vous êtes abonné à Le Monde), cliquez ici.

Pour en découvrir plus sur Framasoft et Chatons.

 

Source : Le Monde

 

 

FaLang translation system by Faboba